Les risques d’une carence en vitamine D

On constate une carence en vitamine D lorsque le taux de 25-hydroxyvitamine D est inférieur à 75 nmol/l (soit 30 ng/ml). Celle-ci se traduit par un état de fatigue plus avancé et lorsque cette carence est plus importante, elle peut être à l’origine de l’ostéomalacie ou encore du rachitisme. Ainsi, un taux inférieur à 25 nmol/l est inquiétant et doit être traité avec sérieux.
On estime qu’environ 1 milliard d’être humain souffre de carence en vitamine D, c’est à dire qu’ils affichent un taux de 25-hydroxyvitamine D inférieur à 75 nmol/l. Ces carences sont particulièrement fortes chez mes femmes ménopausées qui seraient pour la moitié d’entre elles sujettes à des taux inférieur à 75 nmol/l.

Les risques associés à une carence en vitamine D :

  • Faiblesse & douleurs musculaires
  • Fatigue
  • Douleurs osseuses (ostéomalacie) et fatigue musculaire
  • Rachitisme notamment chez l’enfant en cas de forte carence
  • Blessures de type fracture
  • Crise de photophobie
  • Maladie cardio-vasculaires
  • Cancer du sein
  • Cancer de la prostate

Les facteurs favorisant la carence en vitamine D

Les facteurs principaux expliquant la carence en vitamine D sont une exposition insuffisante au soleil ainsi que le phototype foncé. Les individus de couleurs sont en effet d’avantage sujets à des carences en vitamine D.
De plus, les personnes âgées, les individus en surpoids, les enfants nourris au sein de leur mère sont également sujets à des carences en vitamine D.
Le facteur saisonnier joue également un rôle puisque l’on constate d’avantage de carence en vitamine D durant la période automne-hiver car les rayons ultraviolets du soleil sont plus faibles.