Compléments alimentaires de vitamine D

Les études ne font que soutenir la place centrale de la vitamine D et son rôle essentiel dans l’organisme humain. Les effets bénéfiques de cette pro-hormone est loin d’être listés et on en découvre encore d’autres avec les travaux de recherche récents.

La vitamine D est synthétisée pour la majorité par la peau sous l’action du soleil. Le soleil reste la source principale de cette vitamine, mais cela n’exclut pas sa présence à des degrés plus au moins marginaux dans l’alimentation dont le plus riche avec est l’huile de foie de morue.

Faut-il prendre une supplémentation de vitamine D ?

Dans notre vie quotidienne (normale), nous sommes amenés à faire des activités hors notre domicile (aller au boulot, faire nos courses, faire du sport, …), ce qui nous permet un contact direct avec la lueur du jour.

Le cas échéant, la quantité de besoin journalière en vitamine D est assurée par notre organisme qui la synthétise au fur et a mesure de notre contact avec le soleil. Dans ce cas, nous n’avons pas besoin d’un complément de vitamine D.

Or, la situation précédente n’est toujours valable, surtout avec l’avancement d’âge et ou une maladie chronique qui nous impose de rester chez lui ou la nature nocturne de certaine activités ou même la faiblesse de notre vie sociale.

Bref, en restant sous un toit, on a moins de chance de bénéficier des rayons solaires du soleil qui fait procurer notre organisme son besoin en vitamine D, dans ce cas, il est indispensable de recourir à une alimentation riche en vitamine D, sinon, la supplémentation demeure une solution de compromis.

A quoi sert cette fameuse vitamine ?

La vitamine D est connue pour son rôle de minéralisation et de déposition du calcium sur les os ce qui les consolident. L’histoire de la vitamine D est associée à celle du rachitisme, une maladie osseuse qui frappe les jeunes enfants que cette vitamine a éradiqué après son intégration dans le lait de pharmacie donné aux nourrissons.

Aujourd’hui, de nouvelle études ont levé le voile sur une panoplie d’effets bénéfiques de la vitamine D, elles ont prouvé son rôle immunitaire dans la préservation contre de divers cancers notamment le cancer de prostate.

Comme elle intervient dans la diminution des risques cardio-vasculaires, sans oublier son rôle préventif contre le diabète de type 1. A cela s’ajoute les vertus historiques de protection significative contre l’ostéoporose et d’autres maladies osseuses.

Le risque de fracture chez les sujets dépassants les 65 ans est réduit d’environ 20% en prenant une supplémentation régulière et suffisante en vitamine D (de 400 à 800 UI, soit 10 à 20 microgrammes). La consommation de calcium n’aura pas d’effet en l’absence de la vitamine D vue que cette dernière s’occupe de son déposition sur l’os et de sa transportation dans l’organisme.

Le complément alimentaire est bon marché

Le rôle protecteur de la vitamine D contre les fractures est aujourd’hui vérifié. Cette protection est établie par la consolidation de l’os en le minéralisant.

Avec le mode de vie moderne, on a moins de contact avec la lumière du jour et avec l’avancement de l’âge la quantité de vitamine D synthétisée par le corps s’amoindrit et vue que l’alimentation comportent des niveaux minimes de cette vitamine, des solutions de supplémentation sont favorisées et aptes de nous assurer notre besoin en cette substance.

Dans la plupart des cas, un complément de vitamine D de qualité ne coute que quelques centimes par jour. Le prix d’un supplément est bon marché et il est au porté de tous le monde (je ne parle pas des cas critiques de pauvreté).

Dépassant les 70 ans, l’homme représente plus de risque par rapport au carence en vitamine D, prendre une supplémentation ne devrais pas attendre les consignes d’un médecin traitant. A un âge avancé, une dose journalière entre 800 et 1000 UI devrait être prise (ou une dose massive tous les trois mois).

La dose quotidienne de vitamine D était dans les 400 UI par jour, aujourd’hui, cette dose recommandée a tendance d’être augmentée.

Le bain de soleil

Il est manifeste que le soleil assure le besoin du corps en vitamine D. Or, il y a des régions où il y a moins de soleil, chose qui oblige ses habitants à recourir à une autre alternative plus au moins bio, l’alimentation en est une, mais vue la pauvreté des aliments en vitamine D, une autre solution est favorisée, celle de la supplémentation.

Les médecins ne se posent pas trop de question en ce qui concerne la prescription d’un complément de vitamine D pour combler le besoin de l’organisme en cette substance. Le dosage recommandé varie d’une région à une autre, comme il varie d’une personne à une autre, les ménopauses et les personnes âgées représentent plus de risque de carence en vitamine D. quoique les aliments (de conserve) soient aujourd’hui enrichis en vitamine D, le taux autorisé pour ces aliments restent jusqu’alors relativement faible par rapport à la quantité de besoin réclamée par l’organisme.

Le risque d’avoir une intoxication de vitamine D est presque nul, donc cette phobie ne trouve pas de preuves raisonnables. Même les doses thérapeutiques (de guérison contre certaines maladies) sont loin d’être toxiques.

A cette phobie d’hypervitaminose (surdosage) s’ajoute une autre peur, celle de la crainte du risque cutané alloué au soleil. Il est sans dire que le la lumière du jour est la principale source de la vitamine D ; prendre un bain solaire est une action aussi bénéfique que gratuite et que les gens ne cesse de craindre par fausse information et par crainte d’être victime du cancer de  peau.

S’exposer pour une période de 20 minutes au maximum ne peut en aucun cas vous risquer à des problèmes cutanés, d’autant plus, des recherches ont prouvé l’apport indéniable d’une exposition raisonnable (qui ne dépasse les 20 minutes) sur la santé de la peau.

A cet effet, comme le douche est bénéfique pour votre peau, le bain solaire l’est aussi. Et sachez bien qu’il y des régions où le soleil est chétif, dans lesquelles, les gens n’ont pas la possibilité de jouir d’un bain de vitamine D ; profitez-en de votre

Articles complémentaires:

  1. Les compléments de vitamine D